Sacrée motivation pour apprendre….

Pourquoi un tel titre ? Nous voilà en pleine campagne Cambodgienne (dans la province Oddar Meanchey ) au Nord-Ouest du pays, à une trentaine de kilomètres de la frontière thaïlandaise. Nous sommes accueillis par Godelieve et François-Hugo, 2 jeunes volontaires, qui gèrent un foyer de l’Association des Enfants du Mékong. Tous les deux ont donné un an de leur vie pour se consacrer aux jeunes de la province. Leur mission, et celle des Enfants du Mékong à plus grande échelle, est d’offrir un soutien scolaire aux enfants en plus de l’école publique (qui est ouverte à tous). L’école publique présente un niveau faible et est surtout très pénalisée par l’absence des professeurs (qui ne sont pas assez payés). La priorité est donc de palier à ce manque d’éducation et d’éviter que les enfants abandonnent leurs études et partent travailler dans les champs.
Près de 200 jeunes sont ainsi inscrits à ces cours complémentaires. Une sélection stricte est faite au préalable, car malheureusement l’association ne peut pas aider tout le monde : l’enfant doit être issu d’une famille pauvre (une enquête précise est menée sur les aspects matériels, financiers et santé) et doit prouver sa motivation….Voilà la raison du titre de mon article : c’est impressionnant de voir à quel point les enfants peuvent avoir soif de connaissances et d’apprentissage d’un métier. Un examen détermine également le niveau de chacun (car ici l’âge n’est plus un critère objectif, les retards peuvent beaucoup s’accumuler). Le foyer couvre les niveaux de collège jusqu’à l’équivalent de la terminal. Ceux sont les professeurs de l’école publique, qui moyennant une rémunération de l’association donne ces cours « privés » au sein du foyer. Le foyer héberge également une quarantaine de jeunes (ceux qui habitent trop loin) ; les autres enfants habitent chez leurs parents ou famille dans les villages environnants.


Nous sommes arrivé en pleine session de recrutement pour de nouveaux filleuls….car oui, en effet, la « colonne vertébrale » de toute cette organisation est basée sur le parrainage (un don de 24 euro par mois par enfant) pour ces enfants, appelés alors « filleuls ». Ce don permet ainsi de payer les professeurs, de nourrir ces enfants et de leur donner de « l’argent de poche », qui le donnent à leur famille. Les volontaires, en proche collaboration avec les travailleurs sociaux locaux, cherchent à recruter des nouveaux enfants pour être parrainés. Nous avons donc assisté aux examens de Khmer et de maths pour les niveaux de collège. Nous avons aidé à corriger la partie mathématique. Le lendemain, nous sommes partis en moto avec François-Hugo rencontrer une famille (à une heure de moto), pour finaliser l’inscription de leur fils. Une famille de 6 enfants (âgés entre 24 ans et 7 ans) habitant dans une pauvreté extrême, leur maison se résume a une « cabane » sur pilotis faite de bois et de tôle, ils possèdent qq hectares de rizières leur permettant de vivre (une partie est pour la consommation personnelle et l’autre pour vendre et pouvoir acheter autres choses, comme des produits d’hygiène). Mais cela ne suffit, la récolte annuelle du riz (qui a lieu en Janvier) ne leur permet pas de se nourrir toute l’année, ils devront demander de l’aide et s’endetter auprès d’autres villageois (avec des taux d’emprunts pouvant aller jusqu’à 100% !!). L’enfant sera donc pris en charge par l’association très rapidement. Il pourra accéder à des cours supplémentaires, recevra un vélo pour y aller. Mais, en échange, il promet d’entretenir une correspondance avec son parrain (une lettre tous 3 les mois) et d’aller tous les jours à l’ecole….et c’est ça, la grande force de cette organisation, c’est l’accent qui est mis sur la relation entre les parrains et filleuls. En plus des rapports des volontaires sur l’état d’avancement des projets, des enfants, les filleuls doivent entretenir une correspondance avec leurs parrains/marraines. Toute une organisation de traduction est installée à Phnom Penh, permettant de vrais échanges. C’est incroyable, de voir que tout cela est possible ! En faisant la connaissance de Godelieve et François-Hugo, qui ont été très accueillants et disponibles avec nous, on a eu la chance de voir concrètement leur travail réalisé depuis 1 an et celui de l’association en générale. Leur intégration auprès des jeunes et des familles leur permettent de bien comprendre la culture Khmer, ils l’ont beaucoup partagée avec nous.
Voici quelques traits de caractère propres aux Khmers :
• un peuple paisible (pas stressés du tout, d’ailleurs il faut les « presser » un peu),
• Garder la face est essentiel (plus largement propre aux asiatiques),
• pessimistes (manque de confiance en eux, on le constate chez les étudiants après leurs examens, surement pour éviter toute déception)
• très superstitieux (propre à la culture bouddhiste, par exemple, ne pas passer sous un fil de linge, où l’on étend notamment des sous-vêtements. La tête est considérée comme la partie la plus sacrée de chaque personne, cela serait dégradant.
• ont soif d’apprendre (après le génocide Khmer rouge, l’éducation est remis en priorité) les enfants ont jusqu’à 10 heures de cours par jour, 6 jours sur 7 ! Dans les salles de classe, des écriteaux (un peu propagande…) proclament l’identification de la personne par les connaissances….
Un soir, nous avons pu présenter un peu notre voyage à tous ces jeunes. Expliquer nos envies de découvertes d’autres cultures, de voir des paysages loin de chez nous, rencontrer des gens, comme eux….on les a fait rigole, rêve avec nos photos. Leur montrer comment les gens vivent au Brésil, (ils sont trouvé les Favela des belles installations), les gens en maillot de bain un peu choquant (car ici on se baigne habilles), les Andes avec les sommets enneiges, un mythe !!! Bref, cela a été un beau moment de partage !
Inutile de vous raconter, combien Arthur a bien été accueilli par tous ces jeunes, une véritable star ici, avec sa peau claire, ses mèches blondes, ils veulent tous le prendre dans les bras, lui pincer les joues (manière locale)…il est l’enfant des « Barang » (étrangers)… ils sont tous comme ça, pensent-ils….

Camille entourée de serpents, de scorpions, scarabées, lézards et chauvesouris….

Les photos:

Advertisements
This entry was posted in Cambodia. Bookmark the permalink.

One Response to Sacrée motivation pour apprendre….

  1. Jeanette says:

    Indrukwekkend..! Geniet van alles wat je daar hoort, leert en ziet. Heel bijzonder.
    Xmum

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s