Croisière dans le Parc National des Komodo….

Après avoir tristement laissé les parents de Joost repartir dans la fraicheur européenne (10 degré début juin…), nous sommes partis en direction de Flores, à l’Est de Bali, pour atterrir à Labuang Bajo. Une fois de plus, nous découvrons des lieux de minorités religieuses, car ici, ceux sont les catholiques qui sont majoritaires….à savoir les chrétiens représentent seulement 9% de la population totale indonésienne (dont 2% catholiques)…Une fois de plus, Joost nous trouve une guesthouse très sympathique, dont les propriétaires sont des hollandais, qui y habitent depuis une quinzaine d’année…Du haut de Golo Hilltop, nous assistons à une vue incroyable sur la baie nord de Baluangbajo….on sent tout de suite, que nous sommes dans un endroit beaucoup plus simple (pauvre) et nettement moins touristique….Dès le lendemain, on part avec un guide visiter le centre de l’ile, enfin une toute petite partie, car Flores s’étend tout de même sur 700 km et l’unique route qui la traverse ne permet pas de rouler très vite….on traverse de nombreux villages, dont les maisons (plutôt cabanes) sont faites de bambous tressés (mur) et de tôle (toit). A notre passage, on est accueilli comme des rois…tout le monde nous salue, avec de large sourire, c’est impressionnant….on est loin d’être les premiers touristes à venir dans ces villages, mais les gens restent encore très simples, un sourire, un geste de la main….En traversant les rizières (pour rejoindre une cascade) on croise les gens qui travaillent dans les champs, tout le monde est à l’œuvre….des plus jeunes aux grands-mères….après la récolte, le riz est séché sur des baches….la fertilité de la terre, les champs en terrasses et les pluies abondantes permettent d’entretenir une exploitation continue du riz….Flores est riche en culture de fruits, de taro, de cacao exportés ailleurs dans la péninsule.

Notre venue à Labuangbajo a un but bien précis, celui d’embarquer sur le Jingo Jango et partir à l’aventure du parc national des Komodo, une réserve riche en poissons et en corail (et recommandé par notre gourou de la plongée) et connu également pour son Dragon (le plus grand lézard au monde, jusqu’à 4 mètres et 90kg – voir les photos). La jonction de la mer chaude de Flores avec le détroit froid de Sumba engendre de courants importants, conditions idéales pour un riche plancton….De nombreux poissons y résident donc….Raies Manta, baleines, requins et dauphins sont aussi au rendez-vous dans leur migration entre l’océan Indien et la mer de Chine.

Au programme, 3 plongées par jour (7h30, 11h et 15h ou après le coucher du soleil) avec notre guide, Bastian (qui a plongé plus de 5 000 fois et qui continue à toujours noter ses plongées dans son logbook). Tout l’équipage nous accueille très chaleureusement…je dis tout, car pour nous 3, nous avons 5 personnes qui organisent nos journées : Bastian le guide, Dul le chef cuistot, Kalis le Capitaine, Mamad le mécanicien, et le jeune Nico, qui s’occupe d’Arthur…Tous originaires de Flores, parlant plus ou moins bien anglais, sont vraiment très attentionnés avec nous, quel luxe ! Même si l’embarcation est assez simple, on se sent tout de suite très bien. Arthur est aux anges avec tous ces « messieurs », il pêche avec eux, conduit le bateau, chante, joue au foot….bref, il vit pleinement cette nouvelle aventure !

La premier nuit, soit à 21h (on vit au rythme du soleil et les plongées, ça fatigue…), on s’installe dans notre cabine, mais la chaleur étant telle qu’on a terminé notre nuit sur le ponton avec l’équipage….quel délice de dormir bercé par le flot des vagues, une légère brise sur le visage…et le matin, quel spectacle, le lever du soleil direct de notre lit….Sauf Arthur qui dort dans la cabine, on est tous sur le ponton.

Comment vous faire partager nos sensations sous l’eau ??…Tellement de couleurs, de poissons de toutes les formes et tailles, une ambiance apaisante, des courants plus ou moins forts…alors j’ai trouvé un extrait d’un livre qui exprime très bien ce que l’on vit lors de nos expéditions sous-marines: Passage du Guide des poissons des récifs coralliens – Editions Delachaux). « Comme chaque matin le bateau bougeait, la mer était agitée, la surface opaque. En équilibre instable, on a sauté…et on change de monde. Inconfort. Réglage des équipements. On peut enfin se laisser couler dans l’eau.

Au fond, l’eau est calme, à peine traversée par un léger courant. Surgi de nulle part, un gros mérou accompagne la palanquée qui plane au-dessus du sable blanc. On serait tenté de caresser son flanc tout proche. Il est si familier. Mais la loi est de ne rien toucher, d’intervenir le moins possible dans ce milieu fragile. Le bruit régulier de la respiration semble d’abord étrange dans ce silence, puis devient peu à peu rassurant. Il rythme la promenade jusqu’au tombant.

C’est là que le spectacle commence. Les couleurs explosent, les récifs couverts de coraux se déploient dans la lumière diffuse. L’eau est un bleu irréel, de plus en plus dense. On glisse le long du tombant, le nez dans les poissons. On est devenu des animaux marins…comme les autres.

Au hasard des rencontres : nuage de girelles rouges, un banc de minuscules poissons couleur d’aile de papillon ; le plus beau des baliste, le Picasso, dessiné comme un tableau moderne, le ballet des chirurgiens de velours noirs, dont la queue arquée cache des scalpels ; deux perroquets irisés – on les entend broyer du corail dans leur bec corné ; un poisson-cocher avec son fouet poursuit un poisson-ange citron aux couleurs vives ; un poisson-vache avec des petites cornes, fait du sur-place ; l’éventail d’une gorgone dressée comme une barrière ; la draperie mauve d’une anémone, affalée sur un promontoire, avec son poisson-clown rayé de blanc, le seul qu’elle tolère dans ses tentacules ; une murène, la tête hors de son trou, semble cracher comme un chat en colère ; une tortue devinée au loin….et le masque, plein d’eau, doit être vidé et, qq exercices laborieux plus tard, on l’a perdue…un poisson-pierre d’apparence préhistorique et venimeux….

En s’éloignant du tombant, on aperçoit à bonne distance les requins gris ou à pointes blanches, au ventre nacré, à la bouche plate, dont la rapidité est imparable, mais qui ne s’intéressent pas aux plongeurs. On se laisse porter par l’eau, en apesanteur, sans repère et sans inquiétude. Instant magique. Tout près, un énorme napoléon immobile. Mais la mer peut faire des cadeaux plus beaux encore, ainsi le passager de trois raies-mantas, trois anges marins…on est plus les mêmes après avoir été survolés par leurs grandes ailes blanches.

Ce sont les instruments qui arrachent les plongeurs à leur contemplation. Ils leur rappellent que leur temps sous-marins se compte en minutes…retour à la barre de palier encerclé maintenant de « pyjamas » gloutons à rayures jaunes. Un dernier poisson trompette  et c’est la surface : l’éclatement des bruits, l’éblouissement du soleil, le poids de la bouteille et celui de la vie ».

Bon-là, je trouve l’auteur un peu déprimé sur la fin…Ne vous inquiétez pas, nous ne le sommes pas du tout….en remontant à la surface, on retrouve notre artiste qui nous accueille les bras ouverts (« Papa et maman, sur le petit bateau, allés voir les poissons »), Dul nous prépare des repas excellents et on discute des poissons observés.

On dit que si l’on sait plonger aux Komodo, on sait s’adapter partout après, car le Parc est réputé pour avoir des courants assez forts. C’est pour cette raison que nous sommes équipés d’un crochet, nous permettant de nous accrocher au corail et de voir défiler les bancs de poissons devant nous…c’est vraiment impressionnant la force de ces courants et le spectacle ! Parfois, on se laisse emporter et on dérive comme les poissons (c’est notamment cette fois que nous avons vu 3 mantas – de 4 mètres d’envergure –qui volait autour de nous – voir le film). De nombreux requins pointes blanches sont présents dans les sites où nous plongeons.

Voilà une vie simple à bord, mais tellement riche en expériences aquatique et humaine !

La suite des photos:

Advertisements
This entry was posted in Indonesia. Bookmark the permalink.

3 Responses to Croisière dans le Parc National des Komodo….

  1. sybille du hays says:

    et les cocos !!!!!
    Après cette envolée lyrique on a besoin des photos … mais les trois liens vers les albums (les photos en bas d’article) ne marchent pas….
    mais je vous embrasse très très fort ….
    Ps : pour ma part J-4…. rien à ajouter…

  2. sybille du hays says:

    AHHHHH c’est canon tout ça vraiment !
    Hâte d’être avec vous sur les photos. J’espère que le Cambodge vous plait.
    Je vous embrasse tous les trois très très fort.
    T. Biche

  3. Jeanette says:

    Ging het goed met de onderwatercamera? Hopen snel weer wat te horen..

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s